Abécédaire Sherlock Holmes et la France

Commenté par Jean-Pierre Crauser
(Directeur de la succursale de Lyon, SSHF).

L'abréviation entre parenthèses donnée après chaque terme
est
l'abréviation anglaise du titre canonique.

Apaches de Montmartre (ILLU)

Cette bande de voyous parisiens était prête à tous les mauvais coups vers la fin du 19e siècle et le début du 20e. Le Baron Gruner les employa afin de dissuader le détective Le Brun de se mêler de ses affaires. Le mot apache, synonyme de voyou, s'était généralisé, vers la fin du siècle dernier, pour désigner la délinquance urbaine. Il soulignait une tendance considérée comme naturelle, voire héréditaire, du comportement sanguinaire de cette population. Les apaches donnèrent lieu à une abondante littérature populaire au début du siècle.

Algérie (MAZA)

Le Comte Sylvius fut un fameux chasseur de fauves. Il avait l'habitude de tuer des lions en Algérie. Cette version est celle qui fut publiée en Octobre 1921 dans le Strand Magazine. Dans les éditions françaises, le comte chasse plus conventionnellement le lion en Afrique. Néanmoins, les lions étaient encore présents en Afrique du nord au cours du 19e siècle. Entre 1873 et 1883, deux cent deux lions furent "officiellement" abattus en Algérie, et le dernier rescapé a probablement été tué à Souk-Ahras en 1891. La ménagerie de Ronder possédait d'ailleurs un spécimen du nom de Sahara King (VEIL). Si la rencontre entre le comte Sylvius et Sherlock Holmes se déroula en juin 1903, les chasses évoquées durent avoir lieu plus de douze ans plus tôt. Holmes précise d'ailleurs que le comte participa activement à l'extermination du lion dans la région. A l'époque où Sherlock Holmes exerça en tant que détective amateur, l'Algérie était sous domination française.

Ambassade de France (NAVA)

L'ambassade de France fut soupçonnée d'avoir joué un rôle dans la disparition du traité naval. Elle aurait payé très cher pour un tel document. En 1889, l'ambassade de France se situait en bordure de Hyde Park.

Austerlitz (SECO)

Mme Fournaye demeurait dans une petite villa, rue d'Austerlitz à Paris. Cette rue est toute proche de la gare de Lyon.