ref
Une méthode clinique dans l'enquete policière
Dominique Meyer-Bolzinger
null
null
0
null
du CEFAL
160
null
null
null
null
14.6x20.4
Holmes, Poirot, Maigret : chacun prétend enquêter selon une méthode qui lui ressemble. Sherlock Holmes se dit scientifique, Poirot s’appuie sur la psychologie, et Maigret grommelle que sa méthode est de ne pas en avoir. Pourtant ces enquêteurs fictifs fondent leur investigation sur un même modèle méthodologique, hérité d’Hippocrate et enseigné au jeune Conan Doyle par ses professeurs de la faculté de médecine : la clinique. C’est avec Holmes, en effet, que s’élabore la méthode clinique du détective : le génial enquêteur exprime ainsi les grandes controverses médicales de la fin du xixe siècle. Ce sont aussi les relations contradictoires du commissaire Maigret avec la médecine qui permettent d’expliquer sa façon d’enquêter. De sa fondation (Holmes) à sa transformation (Maigret), en passant par son application (Poirot), le modèle méthodologique des enquêteurs fictifs est structuré par la triade hippocratique — observation, raisonnement, savoir —, et prolongé par des images récurrentes telles que l’inclinaison et la figure de l’ami médecin. Il permet en outre de répondre à la question traditionnellement posée au détective : « Comment le savez-vous ? ».
NULL
2003
2003-01-01
null
null
null
null
null
null
NULL