Le Discours de Création des Quincailliers

 

(Prononcé par Jean-Pierre Cagnat)

 

Le samedi 14 janvier 1899, que s'est-il passé ? Ce jour-là, Holmes et Watson ont failli être arrêtés pour meurtre ! C'est le jour où finit l'Aventure de Charles-Auguste Milverton... Ladies and Gentlemen, Mesdames et Messieurs, chers amis et camarades, mon père. Je serai bref !

Je saluerai d'abord M. Imbert, fervent holmésien, qui nous offre l'hospitalité en son temple de l'esprit.

Je saluerai ensuite Christian Louis, photographe, et Jean-François Vilar, l'ami des chats, des passages couverts et des mannequins d'étalage, qui nous offrent aujourd'hui un somptueux livre à la gloire du Maître de Baker Street.

Je salue bien sûr Xavier Legrand-Ferronnière, le nouveau traducteur de Moi, Sherlock Holmes du regretté Baring-Gould.

Je salue enfin ce qu'il faut bien appeler la plus magnifique assemblée d'holmésiens jamais vue en France et qui est réunie ici ce soir.

Remercions les grands anciens, ceux qui ont tracé la voie, nos anges tutélaires, présents ou absents : Jacques Baudou et Paul Gayot du Musée de l'Holmes, j'y reviendrai ; René Réouven, Le Bestiaire de Sherlock Holmes, Élémentaire, mon cher Holmes, L'Assassin du boulevard, j'en passe..., le ciel s'obscurcit sous le déluge de sa production ; Alexis Lecaye, Marx et Sherlock Holmes, Einstein et Sherlock Holmes ; et Francis Lacassin, et tant d'autres, j'en oublie, bien sûr. En revanche, je ne citerai pas un certain académicien...

Tous ont œuvré jusqu'au péril de leur santé pour la gloire du Maître. Sinistre litanie... Six Napoléons, cinq pépins d'orange, quatre comme Le Signe des Quatre, trois étudiants, pignons et Garrideb, et deux entreprises holmésiennes françaises qui ont roulé, enlacées, dans le gouffre en l'espace de deux ans : la très érudite Société des Amis d'Henri Fournaye de nos camarades Jacques Baudou et Paul Gayot, dont l'activité est suspendue ; la très prometteuse Lettre de Baker Street de Jean-Marie Faure (Annotation W.S.B.G., Well-Spoken et de Bon Goût : Jean-Marc en réalité si l'orateur n'avait pas été ému) qui lui succédait, supprimée !

Allions-nous rester au fond de cette eau tourbillonnante, sous ce linceul d'écume fumante ? NON !

Voici que du gouffre où l'écume rejaillit en tourbillonnant, renaît le phénix de Sherlock Holmes.

Holmésiens !...

J'ai un message pour vous !

J'étais, il y a quatre jours, à New York, au dîner annuel des Baker Street Irregulars, en l'honneur de l'anniversaire de la naissance du Maître. Ils m'ont fait membre. Visez ma rosette aux couleurs des trois robes de chambre portées par le grand détective dans son intimité. C'est un détail, mais c'est un honneur qui rejaillit sur nous tous et sur la France entière...

Mais surtout, ils m'ont dit : "Banque de France, c'est mon nom chez les Irregulars en souvenir de La Ligue des rouquins, Banque de France, que nos vœux soient avec vous tous, le jour de la création de la nouvelle société holmésienne française."

"The game is afoot, Watson !... La partie reprend, Watson !..."

Nous sommes quatre !... Nous étions quatre !... Quatre hier... demain, nous serons mille !

Alexis Barquin, Yves-Charles Fercoq, Thierry Saint-Joanis et moi-même.

Remercions plus précisément Thierry Saint-Joanis (les autres n'ont pas démérité, loin de là).

Thierry Saint-Joanis parce qu'il a été tout à la fois le promoteur de cette aventure et, par une bizarrerie anatomique, à la fois sa cheville ouvrière et son bras armé !...

Cette société se nommera donc Les Quincailliers de la Franco-Midland par référence à une citation tirée de L'Aventure de l'employé de l'agent de change (The Stockbrocker's clerk).

Elle sera composée d'un premier cercle accessible immédiatement à tous les postulants... Il y a des formulaires...

Ce seront les commis quincailliers.

Un deuxième cercle, plus restreint, les quincailliers proprement dit, sera un peu plus tard accessible à tous les commis quincailliers intéressés. Les détails seront discutés lors des activités futures et précisés dans le journal de la société Le Catalogue de la Franco-Midland.

Que va-t-il se passer ? Oh ! bien peu de choses...

Dans quelques semaines paraîtra le premier numéro de notre journal, composé uniquement en caractère Baskerville.

Dans deux mois, le jumelage de notre société avec la puissante société holmésienne japonaise et avec ses sociétés dissidentes (The Men With the Twisted Konjo, The Japan Sherlock Holmes Club, The New Black Headed League).

Au mois de mai, une participation inattendue et remarquée lors du festival des écrivains voyageurs de Saint-Malo. 

En septembre, la réception de nos camarades de la vénérable Sherlock Holmes Society of London, en pèlerinage dans le sud de la France, notamment à Montpellier...

Ceci n'est rien !...

Nous organiserons des pèlerinages en costumes victoriens sur les lieux français liés au Maître...

On nous verra au musée de la Police dans le 5e arrondissement.

On nous verra à la consigne de la gare du Nord où sont encore les bagages de Sherlock Holmes et de Watson, abandonnés en mai 1891.

On nous verra rue d'Austerlitz, de sinistre mémoire.

On nous verra au cimetière du Père-Lachaise où vient d'être découverte une tombe mystérieuse, gravée au monogramme de Sherlock Holmes.

On nous verra au château de Versailles où nous ferons rouvrir, de gré ou de force, la galerie des Batailles où sont cachés tant de tableaux du célèbre aïeul de Sherlock Holmes, j'ai nommé Horace Vernet.

On nous verra en Suisse, aux chutes du Reichenbach.

On nous verra à Londres, dans Baker Street.

On nous verra dans le Devonshire, marchant dans le bourbier de Grimpen sur les traces du Chien !

 

Et enfin, nous exigerons du gouvernement français, la remise officielle de la Légion d'honneur, accordée à Sherlock Holmes par le président Sadi-Carnot (L'Aventure du Pince-nez en or)...

Tout ceci n'est bien sûr qu'un bref survol de ce que nous envisageons dans un premier temps sans préjudice des diverses publications, causeries, réunions formelles et informelles dans les lieux les plus invraisemblables.

En vertu des pouvoirs qui me sont conférés (et surtout parce que les trois autres se sont défilés pour le discours), j'ai l'honneur de déclarer constituée la Société Sherlock Holmes de France, dite Les Quincailliers de la Franco-Midland, ce jour, 14 janvier 1993. Je vous remercie. »

Name, Title