Énumérations & Incohérences

“Celui-ci, par exemple, « Sur la discrimination entre les différents tabacs ». Cent quarante variétés de cigares, cigarettes, et tabacs y sont énumérées ; des reproductions en couleurs illustrent les différents aspects des cendres.” (SIGN)

C’est sans doute à force de côtoyer l’esprit cartésien de Sherlock Holmes que les holmésiens adorent comptabiliser, énumérer et dresser des listes d’à peu près tout ce qui est évoqué dans le canon.

img_boulier_bw.png

Du nombre de télégrammes envoyés et reçus par Sherlock Holmes aux différentes gares citées dans le canon, sans oublier le nombre d’épouses du Dr Watson. Et forcément, au passage, ils prennent un malin plaisir à relever tout ce qui peut sembler incohérent dans les écrits du biographe de Sherlock Holmes et proposer une explication plus ou moins élémentaire.

L'une des incohérences les plus débattues entre holmésiens concerne la blessure de guerre du Dr Watson. Il mentionne cette blessure par balle, reçue lors de la bataille de Maiwand, à trois reprises dans le canon.

Dans Une Étude en rouge, il affirme avoir été blessé à l'épaule, la balle « frôlant l'artère sous-clavière » (STUD). Dans Le Signe des quatre, il soigne sa « jambe blessée » (SIGN). Et enfin, dans Le Gentilhomme célibataire, il se plaint de la gêne occasionnée par la balle de Jezail « dans un de ses membres », mais il semble à présent avoir oublié lequel (NOBL).

Les théories les plus folles ont été élaborées par les érudits holmésiens pour expliquer cette blessure baladeuse puis perdue. La plus extraordinaire suggère que Watson aurait été tué, et non blessé, à Maiwand. Son ordonnance Murray aurait ensuite pris son identité, ce qui expliquerait pourquoi son épouse l’appelle « James » et non « John » dans L’Homme à la lèvre tordue (TWIS), ainsi que la façon désinvolte dont il traite sa propre blessure… (1)

(1) Black, Stephen M. “Was Watson, Watson?” Baker Street Journal 30, No. 2 (June 1980): 86–93.

Le Jezail est un fusil artisanal souvent richement décoré et au canon très allongé. Le Jezail était la principale arme à feu des guerriers afghans durant les guerres anglo-afghanes.

Notre page consacrée aux inspecteurs de police dans le canon est un autre exemple d’inventaire holmésologique. Mais il y en a bien d’autres. À vous de créer le vôtre…