Le Canon holmésien

On désigne sous le terme « Canon » l'ensemble des aventures de Sherlock Holmes écrites par Sir Arthur Conan Doyle, soit 4 romans et 56 nouvelles, publiées entre 1887 et 1927.

Les aventures écrites par d'autres écrivains ne font pas partie du Canon, même celles écrites par Adrian Conan Doyle (le fils cadet d’Arthur Conan Doyle)... On les appelle alors des pastiches ou des apocryphes.

 

Les histoires citées mais non racontées par Watson (connues sous le nom d'Untold Stories) sont canoniques, mais il n'en existe pas de récits officiels. Seuls les pasticheurs ont émis leurs propres hypothèses.

Arthur Conan Doyle se parodia du reste lui-même à deux reprises.

 

La première fois en 1896 pour The Student, la revue interne de l’université d‘Édimbourg, où il publia The Field Bazaar (La Kermesse sportive).

 

La seconde fois dans How Watson learned the Trick (Comment Watson apprit le truc), une histoire très courte rédigée pour un ouvrage collectif en 1924 (The Book of the Queen’s Doll’s House Library).

 

À la SSHF, nous considérons que ces deux parodies de la main du maître font partie du canon. Ce qui nous amène à un total de 62 récits.

Ajoutons que Arthur Conan Doyle rédigea deux nouvelles publiées dans le Strand dans la série Round the Fire (Contes autour du feu) : The Story of the Man with the Watches (L'homme au six montres) et The Story of the Lost Special (Le train perdu). Un mystérieux et anonyme « amateur, spécialiste des recherches en matière criminelle » dont la devise est que « l'impossible une fois éliminé... » intervient par correspondance dans ces récits. Aucun doute n’est permis, il s’agit bien de Sherlock Holmes !

Au total, selon la définition de la SSHF, il y a donc 64 récits holmésiens canoniques.

Nous vous proposons ci-dessous de la version française des aventures de Sherlock Holmes en libre accès. 
Cette traduction est loin d'être parfaite, mais elle est libre de droit (source: ebooksgratuits.com).

 

Nous conseillons toujours de lire le Canon en anglais, mais ce n'est pas donné à tout le monde.

 

Il n’existe malheureusement pas de traduction française parfaite.
Toutes les traductions trahissent d’une façon ou d’une autre la version originale.

L'ensemble des textes originaux des aventures de Sherlock Holmes a paru sous des formes diverses et variées en anglais. À l’exception des deux premiers romans (Une étude en rouge et Le signe des quatre) et de deux textes apocryphes (La Kermesse sportive et Comment Watson apprit le truc), toutes les histoires de Sherlock Holmes ont fait l’objet d’une publication dans le Strand Magazine.

 

Celle-ci précédait ou suivait (selon le calendrier de parution des magazines) leur publication dans l’un ou l’autre périodique américain (The Courrier-Journal, Harper’s weekly, Collier’s magazine, etc.). Elles ont ensuite été rééditées sous forme de recueils par différents éditeurs des deux côtés de l’atlantique.

Le lecteur attentif notera de nombreuses divergences d’une édition à l’autre. Dans le Strand magazine du mois de mars 1893 par exemple, Hall Pycroft répond à la question de Harry Pinner « À combien sont les Ayrshires » par : « Cent et six un quart à cent et cinq et sept huitièmes ». Conan Doyle modifiera le cours des Ayrshires dans les éditions suivantes en « cent et cinq à cent et cinq un quart ».

On note également de nombreuses différences entre la version US et la version UK des textes. Un exemple parmi d’autres : à la fin de l’aventure de La Figure jaune, Grant Munro brise un long silence de dix minutes dans la version américaine. Mais ce silence n’est que de deux minutes dans la version anglaise du texte.

Il est dès lors important de se référer à la bonne version anglaise du canon. L’édition qui fait autorité parmi les holmésiens anglo-saxons est celle publiée en neuf volumes par Oxford University Press en 1993, plus connue sous le nom « The Oxford Sherlock Holmes ».

 

Publiée sous la direction d’Owen Dudley Edward, le texte de cette édition a été composé en tenant compte de toutes les corrections apportées par Conan Doyle lors des rééditions successives. Les notes qui accompagnent le texte signalent les différences entre les éditions anglaise et américaine.

Le texte intégral (mais sans les notes) du canon « Oxford » en anglais est disponible sur le site
The Arthur Conan Doyle Encyclopedia:


 

 


Ajoutons qu’un moteur de recherche vous permet de retrouver des mots clés dans le canon.