Save the Queen

Les règles - La Cryptographie - Mrs Hudson - la Presse

Les messages codés et la cryptographie

« Presque toutes les écritures secrètes me sont familières

et je suis l’auteur d’une petite monographie sur ce sujet ;

j’y ai analysé cent soixante systèmes d’écritures différents... »

Sherlock Holmes

La cryptographie est l’ensemble des techniques permettant de chiffrer (coder) un texte clair et de déchiffrer (décoder) un texte incompréhensible des lecteurs non dotés de la clef (moyen de passer du clair au chiffre et vice-versa). Connaître ces techniques permet de connaître les astuces pour déchiffrer un message codé sans avoir la clef tout comme un serrurier pourrait ouvrir une porte sans clef.

À cinq reprises, Sherlock Holmes est confronté à la cryptographie.

Musgrave-ritual-image-web.jpg

Le Rituel

des Musgrave

A vrai dire, la première fois, avec le Rituel des Musgrave, il s’agissait plus d’une énigme que d’un message codé.

Ce texte, incompris par les membres de la famille Musgrave, révèle l’emplacement d’un trésor :

- A qui appartenait-elle ? A celui qui est parti.
- Qui doit l’avoir ? Celui qui viendra.
- Quel était le mois ? Le sixième en partant du premier.
- Où était le soleil ? Au-dessus du chêne.
- Où était l’ombre ? Sous l’orme.
- Comment y avancer ? Au nord par dix et par dix, à l’est par cinq et par cinq, au sud par deux et par deux, à l’ouest par un et par un et ainsi dessous.
- Que donnerons-nous en échange ? Tout ce qui est nôtre.
- Pourquoi devons-nous le donner ? A cause de la confiance.

Le Gloria Scott

Sherlock Holmes résout ensuite un vrai message codé dans Le Gloria Scott. 
« J’ai là, Watson, me dit mon ami Sherlock Holmes, un soir d’hiver où nous étions assis de chaque côté du feu, quelques papiers sur lesquels ce ne serait point, je crois, perdre votre temps que de jeter un coup d’œil. Ce sont les documents de l’extraordinaire affaire du Gloria Scott et voici la lettre qui frappa à mort le juge de paix Trevor, tant sa lecture lui inspira d’horreur.
Il avait sorti d’un tiroir un petit rouleau de papier terni ; il en défit le ruban et me tendit une note brève, griffonnée sur une demi-feuille de papier gris ardoise. En voici le texte :

‘La commande gibier partie pour Londres est peut-être perdue. Garde-chasse Hudson ramassant lapins a tout levé, tout, comme on dit, leur conseillant : Sauvez garde-meubles votre dernière assurance-vie...’ »
Il faut ici lire certains mots et en oublier d’autres à intervalles réguliers.

À vous de retrouver la solution, ou de relire cette aventure...

Gloria-Scott-code.jpg

Le Cercle

rouge

Dans L’Aventure du Cercle rouge,

Holmes et Watson déchiffrent un code fait à partir de signaux lumineux.

La clef est ici très simple.

Le nombre de signaux indique une lettre en fonction de sa position dans l’alphabet :

un pour le A,

deux pour le B, etc.

Somme toute, rien de plus élémentaire.

La Vallée de la peur

Dans La Vallée de la peur, cela se corse. Holmes reçoit de Porlock, un homme du professeur Moriarty qui collabore avec le détective, ce message codé. 
    
543 C2 13 127 36 4 17 21 41
    DOUGLAS 109 203 5 37 BIRLSTONE
    26 Birlstone 9 127 171

Mais le détective ne peut pas le déchiffrer avec sa seule logique. Il lui faut un livre car les chiffres font référence à des mots sur une page. Les mots Douglas et Birlstone sont écrits en toutes lettres car ils ne se trouvent pas sur la page choisie par Porlock. Reste à trouver le livre, puis la page. 
Malheureusement pour Holmes, Porlock, surveillé par Moriarty, ne peut pas envoyer cette information. Holmes doit alors la trouver par déduction.
Quelles indications avons-nous sur ce livre ? 
Le message commence par
534. C’est peut-être la page du livre.  Dans ce cas, c’est un gros livre. 
Le
C2 pourrait signifier « chapitre deuxième » mais, la page étant indiquée, le numéro du chapitre n’a plus d’importance. De plus, si la page 534 se trouve dans le deuxième chapitre, c’est que le premier est très long. Il n’est donc guère logique qu’il s’agisse du chapitre.  En revanche, pourquoi pas une colonne, et la deuxième ? Dans ce cas, il s’agit d’un gros livre imprimé sur deux colonnes qui sont d’une longueur considérable puisque l’un des mots porte le numéro 203.  Porlock n’ayant pas prévu d’envoyer le livre mais simplement son titre dans un second message, Holmes en déduit que l’ouvrage est un classique et qu’il est obligatoirement dans sa bibliothèque. 
« La Bible » s’écrie Watson. « Bien, répond Holmes, mais il y a tant d’éditions de la Bible que Porlock ne pouvait être sûr que la sienne correspondait à la mienne. Non, il s’agit d’un livre dont la page 534 est la même pour tout le monde. » 

valley-fear-code.jpg

« Un almanach » reprend Watson. 

Il a raison, les deux hommes vont trouver la solution dans le Whitaker’s Almanack, l’un des plus connus à l’époque. 

Le 13 correspond à « un », le 127 à « danger », et ainsi de suite.

SSHF-dancing-men-code.png

Les Hommes

dansants

Enfin, les messages codés les plus originaux sont ceux utilisés par Abe Slaney dans l’aventure des Hommes dansants. Il trace de petits dessins représentant des personnages aux bras et aux jambes levés dans tous les sens. Ces figures remplacent des lettres. Il suffit dès lors de trouver lesquelles et de traduire l’alphabet en hommes dansants.
Holmes ayant compris cela, il applique les règles en usage pour le déchiffrement des codes. Le signe qui revient le plus souvent est certainement celui qui correspond à la lettre E, la plus fréquente en anglais (comme en français). Le détective utilise ensuite l’ordre de prédominance des lettres dans la langue anglaise, c’est-à-dire un classement des lettres en commençant par celles le plus souvent présentes dans les mots pour finir avec les moins employées : 
T, A, O, I, N, S, H, R, D et L. 
Mais ce qui permet à Holmes de trouver très vite la clé, c’est de supposer que le message contient un nom propre ou un prénom. 
C’est le cas et le prénom Elsie ouvre les portes de la solution. Il suffit de trouver sa position dans le message (le mot commence et se termine par la même lettre, donc le même homme dansant, etc.) et l’on obtient déjà quatre lettres et ainsi de suite les mots vont apparaître, apportant de nouvelles lettres.
Toutes ces expériences vécues par Holmes seront peut-être utiles à Billy lors de son enquête...

Save the Queen - © 2020 - SSHF - Mycroft's brotherThierry Saint-Joanis