Le salon de Sherlock Holmes à Baker Street,

reconstitué par la SSHF au Louvre des Antiquaires en 1997

La pièce principale de l’exposition Sherlock Holmes au Louvre des Antiquaires était le salon du détective, installé au 221B Baker Street à Londres. Ce lieu imaginaire est, aujourd’hui, devenu une réalité non seulement à Londres, mais aussi en Suisse dans le petit village de Meiringen et près du château de Lucens, aux Etats-Unis au domicile de Chuck Kovacic à San Francisco, en France au siège de la SSHF à Saint-Sauvier dans l'Allier, et dans nombre de salons privés appartenant à des amateurs de Sherlock Holmes. Ces musées illustrent spectaculairement le mythe littéraire qu’est devenu Sherlock Holmes.

Ils représentent l’aboutissement du jeu holmésien qui consiste à replacer les deux héros dans leurs meubles. Les descriptions du docteur Watson ne manquent pas de détails qui permettent d’abord de dresser le plan de l'appartement sis au 221B Baker Street puis de meubler chaque pièce jusqu’au plus petit objet. Des objets parfois étranges ou à l’usage détourné par les manies du grand détective (une babouche persane pendue sur un côté de la cheminée pour conserver du tabac à pipe, un seau à charbon où sont rangés des cigares, des lettres en attente de réponse épinglées dans le bois du manteau de la cheminée avec un couteau à cran d’arrêt, etc.).

La règle du jeu est de trouver les objets qui correspondent aux descriptions de Watson et de les disposer au bon endroit. La fumée d’une pipe, quelques accords de violon, et le rêve devient réalité...

Gros plan sur la cheminée...

Gros plan sur le coin "chimie"...

Gros plan sur le bureau du docteur Watson...

Gros plan sur les tables...